Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de jess
  • : tout ce qui fait que mes journées sont très bien remplies, ART FLORAL, scrapbooking, point de croix
  • Contact

Recherche

Archives

27 avril 2009 1 27 /04 /avril /2009 21:38

Il y a bientôt deux ans que j'ai brodé ce joli nounours pour fêter l'arrivée de Mathis



Partager cet article
Repost0
24 septembre 2008 3 24 /09 /septembre /2008 15:12
pour ne pas perdre la main, j'ai redonné un peu de couleur au vilain
petit sac, donné par la maîtresse de Zoé, pour mettre les chaussons
à l'école. Qu'il était laid..... qu'il est beau et Zoé a été
ravie  ...



Partager cet article
Repost0
4 juin 2008 3 04 /06 /juin /2008 21:14

Voici un petit passage du roman d'ANDRE LOUIS : Zabett
Il ne faut pas chercher à traduire tous les mots, l'essentiel est de comprendre.
Contexte : Tiennot, maire de la commune, rend visite au vieux Laroque pour obtenir la cession d'une minuscule parcelle de terrain. Le passage qui suit est le début d'une longue conversation entre deux paysans aussi rusés l'un que l'autre

"I y alit eun sei, à la tumbaée de la nyit. I le trouovit dauns sen ch’lli (
cellier), y où que d’aveu ses déeus garçouns, i halait  (tiraient) sus sen prinseu (pressoir). Le marc ‘tait déjà byin halaé et i c’mmenchait à tchier bllanc.
La déeusyime cllavette avait byin du ma à tumbaer et les treis hoummes, ou bouot de la loungue barre de f’saient pus que forche. L’émai en craquait.
Cha feut le vuus Laroque qu’avisit Tiennot le premyi du found de sen ch’lli quand j passit la bréque (
la barrière) de la couor.

-« Tyins, qu’i se dit, v’là Tiennot.. qui que ch’est qu’i me veurt..? »
Mais i ne se butit paé pouor chenna. I n’eut paé le temps de s’en dire pus, vu que Tiennot qu’avait oui les cllavettes, se butit sus le pas de l’hus.
- « Alors, cha se hale ? » Les garçouns ratouornîtent eun miot leu taête mais sauns se butaer ‘n touot.
- « Bougre de faignaunt, bale-nouos putôt eun couop de man pouor en faire enco déeus treis cllés...»
- « vouos v’là déjà byin en forche, creis-tu en halaer enco byin des pots ? T’en marc est reide sé.
- « Enco déeus cilés que je te dis... si tu veurs en beïre eune moque l’annaée qui vyint... »
- « vuus taétu » que se dit Tiennot en se pliéchaunt à caôtaé de li. I c’mmenchîtent en halaunt en arrire. Ch’tait du. I-z-’taient à bouontchu, les bras allouégnis, les gaumbes croquies. La premyire cliavette tumbit et le vuus dit: :
- « Paé de couop de saque ».
La déeusyime tumbit itou. A ch’t heu, fallut pouossaer, tréjouos croquis. Les déeus garçouns halaient. Les déeus cllavettes tumbîtent pus à couop.
- « Eun drényi couop » que fit le vuus.
I fitent dounc enco eun couop l’alaer et le revenin, pis i se butîtent touos : I-z-’taient en nage.
- « J’i creu que j’alliouns péqui (
être coincé) » que dit le pus vuus des garçouns en guettant le bére qui purotait pa le bérot de l’émai dauns la graund tchue de boués à mitan pilanne.
- « Vére, que dit Tiennot, ch’est eun marc byin halaé.

-           -« Enco quiques cllés devaunt que de nouos couochi.., et n’y aira pus qu’à le laissyi faire.., I s’sa reide bouon à retailli deman ou matin.
- « Reide seû, que fit Tiennot, i tchie bllaunc à plian.
- « Cha s’sait byin pêchi d’en laissyi d’dauns.
- « Vére, il a eune belle couoleu.
- « Et ch’est plian de chucre.., les deigts nouos collent... I devrait y ête bouon...
- J »e le creis itou... Qui que ch’est coume poummage?
- « Ch’t-ichin ch’est quasiment touotes les syinnes du cllos des Brùlins.., eune miette de toré, quiques sounnettes, mais byin du p’tit amé.
-«  Cha fait bouon dauns le tryige
(mélange).
- Vére, et cha se counserve dreit byin. Ch’est paé coume le syin qui c’mmenche à vivi, pro mais (
dès que) qu’il ait entendu le couocouo et eun tounné qu’est sus le bas est aussi gouleyaunt qu’ou début.., si ch’est eun bouon tounné... »
I restîtent eune bouonne paôse sauns préchi à guéttyi le prinseu, pis le vuus Laroque dit:
- « Ch’est paé le touot que cha. Pro mais que (
avant que)  ch’t-ichin seit paré, no-z-airait le temps de séqui. Vyins-t-en putôt jusqu’à la maisoun, je vas t’en faire beire eune moque du syin de l’annaée passaée. »
I-z-entrîtent dauns la maisoun y où qu’Aungéle alait se mette à dréchi la souope. Le vuus Laroque happit déeus moques dauns l’ai’yi et les paôsit vis à vis sus la tablle y où qu’i s’asséyîtent sus la bauncelle. Le pus janne des garçouns happit le pichet dauns le pllacard du haôt de la tablle et s’n alit qu’ri à beire.
- « Bouojouo Aungéle

-           - Bouojouo Tiennot.
- Cha va-t-i?
- Coume des vuus, tu veis.
- Vére... touos l’s auns douoze meis.
- Quaund cha n’est paé touos les meis douoze auns... »
No lu versit à beire et j beûtent chaqueun pusurs couops sans mot dire.
- « Qui que t’en troue? »
Tiennot qu’espérait la questioun répounit:
- « Pouor du bouon bére, ch’est du reide bouon bére... surtouot à ch’te saisoun. »
I beûtent enco déeus treis gorgies sauns mot dire, pis le vuus Laroque rempllit les moques:
- « Aungéle, mets déeus tasses.
- Nennin, je ne vas paé beire de cafaé, faôt que je me raccache byin à-couop.
- Par sauns pityi, qui qui te hale si à-couop ?... Mets déeus tasses, veurs-tu. »
Aungéle sortit déeus tasses, print déeus petites quillis dauns la tirette de la tablle, happit la bouotéle de gouotte dauns le placard et la bouéte de chucre en fé qu’était sus l’ais., O rappréchit le potin des tisouns qu’ole écartit d’aveu ses pinchettes.
- « Si touos les syins qui beivent du bére dauns les villes ‘n avaient du coume ch’t ilo, cha ferai marchi le coummerche.
- Cha se halle enco...
- Vére, situ prêches de tes biaôs-frères... ch’est reide seù qu’i deivent faire byin de l’ergent...
- Byin de l’ergent t Que tu creis ! ... d’aveu touos les frais..."

-                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    …/…

 

Partager cet article
Repost0
29 mai 2008 4 29 /05 /mai /2008 20:33




réalisé pour la cuisine de ma soeur, Michèle, qui a plusieurs déco banania dans sa cuisine





















 

 

  réalisé pour "la maison de la mer" de Jacques et Annette en remerciement d'une invitation à déjeuner











toujours pour une invitation, cette fois pour un week end, cette belle "ronde des pains", destinée à la cuisine de Jean François et Marie

Partager cet article
Repost0
29 mai 2008 4 29 /05 /mai /2008 20:23

Voici un extrait du Bâton de Dignité  (Hippolyte Gancel)


Si ma grand-mère Virginie s’ingéniait parfois à distraire quelques minutes de son précieux temps de fin de journée pour se consacrer à la réalisation des poupées convoitées par les filles de ses clients, le grand-père Eugène n’était pas en reste. Il ne dédaignait pas de mettre son talent au service des demandes plus viriles. A cette époque, beaucoup de garçons, à l’imitation de leurs pères, et en fonction de leur habileté personnelle, savaient fabriquer de leurs mains, pour peu qu’on leur en laisse le loisir, un bon nombre de jouets simples. Dans mon enfance, cette tradition « manufacturière » demeurait parfaitement vivante. Mon frère évoluait avec une telle virtuosité dans le monde de la création ludique ou dans celui du perfectionnement des types de jouets existants, que je le jugeais touché d’une grâce singulière. Je m’essayais à l’imiter. A la vérité, nous concevions surtout des modèles qui avaient traversé les générations. Mais il en existait tant. Comme je me suis frotté à leurs difficultés, je les garde pour la bonne bouche. D’ailleurs mon grand-père ne s’intéressait pas à ceux-là. Lui, se réservait le jouet-roi, la toupie. Plutôt les toupies. Car il en existait deux types fort différents. Le toupin, toupie courante sur le gros ventre en poire de laquelle on enroulait une ficelle de la pointe vers le sommet. D’une main, on retenait l’extrémité supérieure de la ficelle, et on lançait la toupie. Le fil se déroulant, imposait à l’engin une rotation rapide qui se poursuivait au sol, sur son clou. Il y avait, surtout, la petite reine de l’époque — elle survivait encore dans mon enfance — le riga, la toupie à fouet que les plus habiles faisaient courir et sauter comme une grenouille sur le chemin de l’école. Sans doute existait-il encore ce que l’on appelait le toupioun. C’était un jouet de débutant. Une vieille bobine que traversait une tige de bois assez longue pour dépasser de chaque orifice, cylindrique au-dessus, appointée comme un crayon au-dessous. Posé au sol sur sa pointe, on faisait tourner ce toton par friction de la tige entre les doigts. Celui-là ne comptait pas pour les vrais amateurs. Il était le lot des achocres (maladroits), car n’importe quel bambin savait le réaliser passablement. Par contre, les deux autres, qui tournaient à grande vitesse exigeaient une précision d’artiste pour être pleinement efficaces, et admirées. C’était une affaire de fabrication, de symétrie absolue, de tournage savant, pour obtenir le parfait équilibre et la durée dans la rotation. Merveilleux jouets que ces deux-là, merveilleux instruments d’initiation à la justesse et à la sûreté du geste. Mais, allez vous les procurer Certes, l’épicerie en vendait quelquefois. A quel prix ! L’achat demeurait un luxe que seuls les nantis pouvaient se permettre. Les autres « fabriquaient ». D’ailleurs, les humbles, puisqu’ils n’y avaient pas accès, dédaignaient les toupies d’acat (du commerce). Seules les toupies de féchoun avaient du prix pour eux. Hélas, les garçons capables de fabrications acceptables ne couraient pas les chemins. Chacun pourtant, espérant sauver une parcelle de son honneur (car il y allait de l’honneur du jeune créateur) tentait sa chance. Qui sur du peuplier, qui sur du frêne, qui sur du bouleau ou du hêtre. Bref, toutes les essences de bois réputées tendres subissaient les essais les plus diversement convaincants. Il y en avait tout de même, parmi les plus doués, dont la patience et la dextérité venaient à bout de la difficulté, avec toutefois des taux de réussites dignes de ce nom qui ne permettaient pas de glorifier une génération, ni de pronostiquer l’éclosion d’une couvée de grands artistes. Il fallait, en effet, une fameuse dose de partialité pour estimer que les mieux réussies (les moins ratées serait plus honnête) valaient « tous les jours » celles de « tchu l’épicyi » (chez l’épicier). L’équilibre relevait toujours du domaine de l’approximatif. Que de chutes, de renversements prématurés et humiliants C’est alors qu’intervenait le grand-père. Mais, fidèle jusqu’au bout à l’espoir, nourri dans son enfance et jamais satisfait, d’en avoir possédé une de ce rang, il ne les tolérait qu’en bois noble. Or, le bois noble, pour une toupie, ce n’est même pas le chêne, c’est le bouis (buis). Le bois le plus dur, le plus opiniâtre qui soit. Pour le modeler à sa guise, il faut des outils solides, bien affutés, une habileté de main exceptionnelle, et beaucoup de temps. Ou alors, il faut posséder un tour. Et le grand-père n’en voulait pas entendre parler, arguant que les dinandiers de Villedieu façonnaient leurs cruches ou les cucurbites des alambics par le seul usage de leurs marteaux et de leurs mains, Il méprisait, enfant du peuple lui aussi, les belles toupies peintes du commerce, à la belle régularité piriforme, conçues en série par des tours « industriels . Celles qu’il ouvrageait atteignaient, selon tous ses enfants, la perfection de la forme, la stabilité de l’aplomb, par le seul travail des outils habituels obéissant à la sûreté de l’oeil et à l’intelligence de la main. Or. nous eûmes la preuve de la chose. La tante Marie-Louise possédait un toupin datant des années 1890, qu’elle attribuait à son père, et auquel elle avait réservé une place de choix sur sa cheminée, comme l’eût fait un conservateur de musée. C’était, il est vrai, une toupie superbe, au corps luisant patiné comme un vieux meuble. Un objet d’art que nous n’osions toucher que du regard, respectable ainsi qu’un bien de famille. Un soir, l’oncle Félix fut autorisé à nous la montrer de près. Nous eûmes le bonheur de la prendre dans nos mains, de la caresser et, comble de la félicité, la tante nous proposa une ficelle de bonne grosseur. Mon frère, que le ciel avait gratifié d’une adresse assez exceptionnelle, releva le défi. L’enroulement de la fine corde se trouvait facilité au départ par la rainure ménagée juste au-dessus du clou effilé. Le grand-père n’omettait pas les détails importants de ce genre. Soudain, après avoir bien vérifié que tous les regards étaient braqués sur lui, mon frère lança la toupie sur la table de chêne. Ce fut un éblouissement. Elle tournait, tournait, droite sur son point ferré, scintillante, sans une oscillation, inépuisable et vive. Comme celles de chez l’épicier » nous paraissaient fades, ridicules, mesquines ! Il aurait fallu pouvoir leur opposer celle-ci, devant tous ceux de l’école. Toupie magique et vénérable. Nous n’avions pas assez de nos yeux pour l’admirer. Et puis, lentement, noblement, elle commença de se pencher, sans perdre de sa grâce. Elle se posa sur le flanc, roula sur elle-même, s’immobilisa. Nous demeurions sous le charme. Et, quand elle eut retrouvé sa place sur la cheminée, il me sembla qu’elle tournait encore, au rythme de mon enthousiasme.
Le riga, à la forme basée sur la superposition de deux cylindres de diamètre différent et d’un tronc de cône porteur du clou, ne posait pas les mêmes problèmes que la poire du toupin. Il semblait plus aisé à fabriquer. En réalité, les jeunes amateurs n’approchaient la perfection que de fort loin. Là encore, le grand-père en secourait plus d’un, se pliant aux modes du moment. Car il y avait des périodes à respecter. On ne saurait fouetter le riga par tous les temps, pas plus qu’enrouler une ficelle autour d’un toupin lorsqu’il gèle à pierre fendre.
Peu importaient les modèles. Le grand-père retirait certaines satisfactions intimes de l’aide bénévole qu’il offrait. En premier lieu, le plaisir fondamental de prêter son concours aux plus pauvres, et, avant tout, aux plus maladroits des plus pauvres. Ensuite, celui d’assister à la valorisation publique de son talent, même si le second n’égalait jamais le premier. En effet, ses toupies — il n’en réalisait guère qu’une dizaine de spécimens chaque année — faisaient crever d’envie les plus riches qui ne pouvaient espérer aucune complaisance de sa part.
..."

Partager cet article
Repost0
28 avril 2008 1 28 /04 /avril /2008 17:08
Il est sûrement trop tard pour participer à la souscription, toutefois, si le livre vous intéresse vous trouverez les coordonnées des éditions Isoète
 


                   
                                                                    
                                  
                                                                                         







    
      

 







































Je rappelle les coordonnées Editions Isoète 24 rue Emmanuel Liais 50100 CHERBOURG OCTEVILLE
e-mail : editions isoete@wanadoo.fr
tel 02.33.43.36.64
fax 02.33.43.37.13
Partager cet article
Repost0
19 avril 2008 6 19 /04 /avril /2008 17:04

Il y a une douzaine d'années, lorsque Sandrine,ma fille, m'a offert sa première réalisation au point de croix. j'ai retrouvé mes souvenirs d'enfance et j'ai eu envie de me livrer à ce passe temps. Depuis, j'ai réalisé bon nombre d'ouvrages, le plus souvent pour en faire cadeau.

cadeau de Sandrine pour ma cuisine


Cet abécédaire à été réalisé pour la nouvelle maison de ma belle soeur, au bord de la mer


 

 
et ma dernière réalisation terminée, pour offrir à une de mes tantes lors d'un déjeuner familial























Partager cet article
Repost0